[Fanfic Wakfu] Maude et Kriss: Au delà du chemin de la Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fanfic Wakfu] Maude et Kriss: Au delà du chemin de la Mort

Message par Tolféa le Sam 21 Jan - 21:41

Au delà du Chemin de la Mort



Ce forum étant à la base un forum Wakfu, j'ai décidé d'y poster une fanfic sur laquelle j'avais bossé cet été en compagnie de Lafi ma bêta et de Poa ma pompom girl cheerleader
Je sais parfaitement que ce forum est déserté mais au moins elle sera quelque part.

Cette fic sera centrée sur mon personnage préféré dans la série: Maude la belle et indomptable sramette.
J'y raconte son passé, tel que je l'imagine, toutes les épreuves qu'elle a pu traverser jusqu'à devenir la légende du boufbowl brakmarien.
Quelques infos au cas où:

  • -L'histoire ne prend en compte que des éléments fournis par la série
    -Il y aura du lime et pour ceux qui veulent, du lemon en privé (oui oui, c'est pas parce que je suis presque majeure que vous l'êtes tous, ou alors je mettrai le lemon sous spoiler si Hyde veut bien)
    -Je n'ai pas une connaissance absolue des règles et histoires de Wakfu, alors peut-être que certaines choses vous paraîtrons exagérées ou juste une aberration mais disons que ça sert l'histoire!



(Note: il s'agit de mon pseudo wakfu)

-Qui sait ce qui se trouve au delà du chemin de la Mort? Est-ce même possible d'en sortir? Toi, oui toi, tu es bien la personne à laquelle je m'adresse. Saurais-tu répondre à cette question? Tu ne le peux donc pas? Et si tu lisais l'histoire qui suit, y arriverais-tu?-


Prologue:
« Enfant de la Mort », est le nom donné au disciple de Sram ayant commis son premier meurtre avant ses dix ans.Ses pouvoirs de sram s'éveillent alors d'un coup et dépassent ceux des disciples qui ne le sont pas. En revanche, les Enfants de la Mort seront éternellement souillés et ne pourront jamais prendre un autre chemin que celui de la Mort. Plus l'assassinat commis étant enfant est grave, plus il verra son âme devenir rouge et sournoise.

Les Enfants de la Mort sont périodiquement pris d'envies de meurtre.On raconte que les plus grands massacres de l'histoire ont eu lieu à la pleine lune, temps de l’Éveil de la Mort. Ils sont reconnaissables à la marque qu'ils portent à la cheville apparaissant après leurs premier crime. Il représente un crâne doté d'ailes d'anges brisées et noircies à la base, symbole de la pureté perdue. En échange de cette pureté, les Enfants de la Mort obtiennent de grandes aptitudes physiques telle que des sens sur-développés ou une agilité hors-pair.

Les grands du monde des Douze les recherchent afin de les engager entant que tueurs à gage ou encore voleurs professionnels, évitant ainsi de salir leurs mains et leurs réputations.

Un clan de srams s'est distingué au fil des siècles pour être celui ayant eu le plus d'Enfants de la Mort, les Morslam. Chez les Morslam, le devenir est capital et tous les membres le sont. Depuis la naissance, leurs enfants sont éduqués et entraînés dans le but d'être d'excellents assassins. Le clan garde son entraînement farouchement secret, ne voulant pas être concurrencé, la seule chose connue est son extrême dureté qui expliquerait le caractère brutal et cruel des Morslam. La légende raconte qu'il est même à l'origine de l'expression « un travail de Morslam » pour désigner une tâche qui va l'encontre de toute morale.

Le clan fournit depuis des dizaines voir des centaines de générations le monde entier en malfaiteurs au point d'en avoir fait une véritable affaire familiale. Affaire tenue actuellement par les chefs de famille Kathleen et Morwen Morslam, les heureux parents d'une petite sramette de neuf ans appelée Maude, héritière du plus célèbre clan de tueurs.



Livre I, Chapitre I « Les Enfants de la Mort, le mystère de la vie de sram »



Destinée:
« Cette petite n'a absolument pas l'étoffe d'un assassin Morslam.- Fais gaffe Mary, Dame Kathleen et Maître Morwen ont des oreilles partout. Tu ne tiens pas à la vie ?

- Si si, reprit la sacrieur appelée Mary. Mais regarde-la, elle aurait bien plus sa place ailleurs, je ne l'ai jamais vu sourire une fois depuis que je travaille comme domestique ici.

- Pauvre petite, le destin est cruel avec elle et ses dix ans se rapprochent à une vitesse...

- On n'y peut rien, c'est une Morslam qu'elle le veuille ou non.Viens Lina, il nous reste encore du travail et observer mademoiselle Maude comme cela ne nous apportera rien de bon. »

Les deux domestiques quittèrent l'embrasure de la porte pour retourner à leurs occupations.

Les Morslam vivaient dans un manoir au cœur de la ville. Personne ne s'étonnait de la présence d'un si grand édifice dans un endroit aussi densément peuplé de Brâkmar. Au contraire, tous prenaient grand soin d'éviter la résidence principale de ce clan tristement célèbre. On raconte que la noirceur de la pierre constituant le bâtiment est due à celle du cœur des habitants et, le rouge des fleurs qui ne fanent jamais n'est autre que le fruit de l'union entre la terre et le sang des victimes qui s'était écoulé dessus.Certains disaient même qu'il était possible d'entendre leurs plaintes la nuit lorsque l'on se penchait près des fleurs. D'autres préféraient croire que le rouge le plus vif qu'aient vu ces gens n'est autre que celui du vin qu'ils avaient bu.

Tous s'accordaient néanmoins pour trouver l'endroit macabre et absolument repoussant. Plus sram,tu meurs.

Occupant l'aile Est du manoir, les appartements de Maude étaient bien trop grands pour la petite fille qu'elle était. Sombres et tendus de rouge, la lumière qui traversait colorait ainsi les lieux d'une couleur sanguine donnant un aspect inquiétant à la jeune enfant. Elle restait à son habitude près de la fenêtre laissant son esprit vagabonder pendant le peu de répit qui lui était accordé.

Comme le disaient Mary et Lina, ses dix ans étaient pour bientôt et elle n'était toujours pas devenue une Enfant.

De ce fait, son entraînement déjà éprouvant lui devint tout simplement insupportable. Le moindre instant gagné à ne pas le subir était un véritable remède contre une folie qui sinon l'aurait gagnée depuis longtemps. Profitant du calme de la nuit, les paupières de Maude se fermèrent doucement quand tout à coup, une énorme explosion retentit et défonça la porte de sa chambre.

La petite sramette eu à peine le temps de retrouver ses esprits qu'un troupeau de mulous affamés lui sauta dessus.

Elle les esquiva et chercha à se mettre hors d'atteinte afin de considérer la situation. Elle s'agrippa à une poutre du plafond et monta dessus. Elle tenta de se rendre invisible, en vain. Ellen'avait jamais réussi à utiliser le moindre sort de base des srams et cette fois ne fit pas exception.

Les mulous la remarquèrent et commencèrent à sauter gueule ouverte pour l'attraper. La petite était terrifiée.

« Tu n'as pas le choix Maude, il va falloir les tuer si tu neveux pas vivre perchée là-haut. »

Une jeune femme aussi silencieuse qu'une ombre s'était faufilée dans la pièce et regardait le spectacle, adossée contre le mur les bras croisés. Une chevelure semblable à celle de Maude lui tombait jusqu'au creux des reins, sa peau diaphane semblait briller et la lueur rouge de la pièce rehaussait la couleur écarlate de ses yeux.Elle était d'une beauté à couper le souffle, une beauté dangereusement mortelle, Kathleen, la chef des Morslam.

« Mais mère, je ne peux pas faire ça ! Je n'arrive déjà pas à me rendre invisible alors trancher la gorge de ces animaux...C'est au-dessus de mes forces.

- Pourtant de leur côté ils n'ont pas l'air plus dérangés que ça à l'idée de te faire la même chose et de te dévorer. Prends-ça tu en auras besoin, la nuit risque d'être longue pour toi. »




Kathleen lui envoya un poignard d'argent et en un saut, elle se retrouva aux côtés de sa fille. Elle la fixa et une étincelle de cruauté apparut dans son regard de sang. Elle susurra à l'oreille de Maude : « L'heure fatidique approche et je n'ai toujours pas vu la moindre marque à ta cheville. Tu ne comptes pas salir le nom des Morslam en étant la première à ne pas devenir un Enfant de la Mort au moins ? J'espère vivement que ce n'est pas le cas. Ton père et moi serions tellement...déçus...fit-elle d'un air faussement attristé. N'espère même pas avoir de dîner tant que tu n'auras pas réglé ce petit problème. Suis-je assez claire ?Cria sa mère en giflant Maude. »

Kathleen redescendit alors de la poutre ,où la pauvre enfant recroquevillée tenait sa joue endolorie, et sortit de la pièce en tuant au passage un mulou ayant eu l'audace de la confondre avec son repas.

Maude resta dans cette position pendant un temps indéfinissable. Les mulous au sol se calmèrent peu à peu et se mirent à marcher en rond dans l'espoir de voir la petite sramette tomber.

Morwen n'avait pas l'habitude de nourrir ses bêtes, cela les rendrait trop affectueuses disait-il et moins efficaces. Kathleen,plus compatissante, préférait les laisser avec de la nourriture au-dessus de leurs têtes. Les mulous devaient alors sauter et le meilleur pouvait manger le fruit de son travail s'il n'était pas tué au cours d'une bagarre avec le reste de la meute.

Sauf que cette fois-ci, et Maude le savait, elle était la nourriture et les bêtes n'abandonneraient pas. Elle était piégée. La sramette réfléchit de toutes ses forces lorsqu'elle se souvint d'un cours qui lui avait été donné par Henry Reujone, l'ancien soigneur-ou plutôt bourreau forcé- des animaux Morslam. Il avait disparu depuis plusieurs années et Maude soupçonnait sa tante Sélib de ne pas y être étrangère. Elle avait été éconduite à deux reprises par ce dernier. Qu'Osamodas ait son âme.

Elle s'empara du poignard d'argent et s'entailla profondément la main afin de recouvrir la lame de son sang.

À l'odeur du fluide vital, les mulous s'excitèrent comme jamais et se précipitèrent hors de la pièce après que Maude y ait jeté la lame ensanglantée.

Hors de danger, Maude se laissa tomber au sol et se releva avec difficulté. Elle avait perdu trop de sang. Elle avança en titubant lorsqu'elle entendit un grognement derrière elle, un mulou était revenu et comptait bien être le gagnant. Il s'élança sur elle et Maude n'eut que le temps de fermer les yeux puis, plus rien. Lorsqu'elle les rouvrit, elle le vit dormir paisiblement, les crocs à trois centimètres d'elle, comme si tout n'était qu'un rêve. La petite fille, totalement déboussolée, cru d'abord à un miracle avant d'apercevoir un battement d'ailes et de sombrer dans l'inconscience.

Maude ne se réveilla que le lendemain matin, bercée par une douce odeur de pain frais.. Ce qui était étonnant car elle n'y aurait le droit qu'une fois devenue une Enfant, entraînement oblige.

« Je dois être en train de rêver ou alors je suis morte, ce qui ne serait pas si mal. Pensa la sramette à haute voix.

- Et moi j'ai inventé une potion pour rendre les chefs doux comme des boutfons. Lui répondit joyeusement une voix féminine. » Maude se redressa d'un coup à l'entente de cette autre personne qui était assise aux pieds de sa couchette -elle n'aura un vrai lit qu'une fois Enfant-. Il s'agissait d'Hadley, l'eniripsa recueillie par Morwen au cours d'un travail pour le prince de Brâkmar. Elle était la seule qui appréciait vraiment Maude et qui la soutenait en lui apportant en cachette des vivres et des soins réguliers. Maude lui faisait entièrement confiance.

« Alors pioulette, bien dormis ?

- Hadley...Je suis heureuse de te voir après une soirée pareille... Mère est la cruauté incarnée,je crois que je préfère encore rejoindre ce pauvre Henry que de vivre et devenir une machine à tuer.

- Ne dis pas ça, tu aimerais vraiment devoir servir d'esclave d'un autre genre à ta tante Sélib ?L'interrogea malicieusement Hadley.

- Très drôle mais plutôt je donnerai cher pour quitter cet endroit et me tourner vers un autre chemin. J'aimerais bien être une eniripsa comme toi, ce n'est pas pour moi cette vie de sram... fit tristement Maude.

J'imagine comme ça doit être dur mais ne t'en fais pas j'ai peut-être la solution !

- Quoi ?! S'exclama la petite fille totalement remise.

- Je suis allée au temple et j'ai expliqué ton problème. La prêtresse a dit qu'il était possible de te convertir à condition que tu ne commettes aucun meurtre, ce qui irait totalement à l'encontre de la voie même de la Fée des Miracles. Du coup il faudrait quelque temps histoire d’échafauder un plan pour te sortir d'ici ! Termina Hadley avec un clin d’œil.

- Oh Hadley, merci ! Merci mille fois ! La remercia Maude en l'étreignant avec force.

- Allez mange vite, je ne veux même pas imaginer ce qui arriverait si Dame Kathleen et Maître Morwen savaient pour les petits extras. Répondit Hadley en lui caressant la tête, attendrie.

Ce qu'ignoraient les deux filles,était que les murs ont des oreilles et rien n'échappait aux maîtres des lieux.

***

Le grand jour était enfin arrivé. La veille des dix ans de Maude et donc de la date fatidique était là. La jeune sramette était en panique. Ça faisait plus d'une semaine qu'elle n'avait pas vu Hadley pour reparler de son évasion. Lorsqu'elle essaya de se renseigner auprès des autres domestiques, ils l'ignorèrent royalement. Elle finit par croire que l'eniripsa l'avait tout simplement oubliée.Maude fut convoquée dans la salle du conseil où siégeaient ses parents mais aussi les autres membres du clan Morslam. Tous la fixaient avec attention, Maude se fit toute petite. Le couple des chefs se leva et l'assemblée suivit.Morwen prit la parole sur un ton solennel et commença : « Maude Morslam, fille unique des chefs Kathleen Morslam et moi-même, par conséquent vous êtes la seule héritière de notre clan. Jusqu'à ce jour il nous a été rapporté que vous n'êtes toujours pas devenue une Enfant de la Mort. Est-ce vrai ?

- Oui...répondit Maude d'une voix mal assurée.

- Nous allons donc procéder à la cérémonie de La Naissance. Des servantes vous aideront à vous préparer, vous serez dans une heure dans la crypte. Vous pouvez disposer. »

Maude fut alors encerclée par quatre femmes et emmenée.

Une heure plus tard elle était prête, en tenue de sramette avec une longue cape noire à capuche.Elle se retrouva au sous-sol dans l'immense crypte gothique où se trouvaient de part et d'autre tous les Morslam, et en face sur des trônes, Morwen et Kathleen en cape noire aussi.

Maude reçu l'ordre d'avancer et se rapprocha du centre de la pièce. L'atmosphère extrêmement lourde et la multitude de chandelles qui donnaient un aspect des plus lugubres à l'endroit, n'arrangèrent en rien l'état de terreur de la petite fille.

Silence de mort dans l'assemblée puis lentement le sol se mit à trembler. Maude jeta des regards paniqués autour d'elle, aucune réaction. Le sol s'ouvrit et sortant de terre, une statue du Grand Sournois de près de dix mètres de hauteur la toisa. La toute petite sramette tomba en arrière lorsqu'elle comprit que ce qu'elle avait pris pour un collier au coude Sram, n'était rien d'autre qu'un jeune féca, attaché comme s'il était crucifié avec des cordes qui lui déchiraient la peau.

« Maude Morslam, il est temps de procéder à Votre Naissance. Prenez ce sabre et accomplissez ce pour quoi vous êtes destinée. Lui ordonna Morwen. »

La sramette recula d'un pas mais reçu un coup dans le dos qui la fit tomber près de l'arme. Les yeux pleins de larmes, elle monta les escaliers en traînant le plus possible. Elle reçut un autre coup qui la projeta directement face au garçon. Kathleen maîtrisait toujours aussi bien les coups sournois.

Maude examina en détail le malheureux. Il avait reçu de multiples coups, signe qu'il s'était bien défendu et des traces de griffures parsemaient son corps. Il était salement amoché. Du sang coulait de ses poignets, les liens beaucoup trop serrés lui mordaient la chaire.

Ne pouvant plus supporter l'abominable spectacle, Maude décida d'abréger les souffrances de l'infortuné. Elle se saisit du sabre, essuya ses larmes et murmura :« Je suis désolée ». Elle empoigna alors fermement le manche de la lame et donna le coup de grâce ; pour les liens qui emprisonnaient le jeune féca.

Les Morslam n'en crurent pas leurs yeux, leur héritière venait de trahir la volonté du clan pour sauver ce garçon. Morwen et Kathleen étaient les plus choqués et ne purent que rester bouches bées. Bouches dont les mâchoires se décrochèrent suite à la déclaration de Maude : « Cher clan, chers parents, commença Maude. Je ne suis pas faite pour être une sramette et encore moins une Enfant de la Mort. Je n'aime pas tuer ou commettre des méfaits. Je sais que je suis la déception du clan mais je disparaîtrais et vous n'aurez plus qu'à dire que j'ai péri. S'il vous plaît, vous n'entendrez plus jamais mon nom mais je vous en supplie laissez-moi partir! implora Maude. »

Des exclamations révoltées parvinrent aux oreilles de Maude et de ses parents. Le choc passé,les chefs de famille entrèrent dans une colère noire. Non seulement leur fille n'avait pas tué le féca qu'ils avaient capturé avec soin -tout est relatif-, mais en plus elle l'avait libéré et voulait quitter la Voie de la Mort.

Par son geste, Maude jeta l’opprobre sur ses parents qui devinrent la risée du clan. Folle de rage, Kathleen se jeta sur sa fille et la battu très violemment.Morwen l'arrêta avant qu'elle ne détruise la statue de Sram qu'ils eurent tant de mal à ériger. Sa femme toujours bouillante hurla sur la pauvre enfant : « Ordure ! Pourriture !Te rends-tu compte de ce que tu viens de faire?! Tu veux disparaître hein ? Eh bien tes désirs sont des ordres ! À défaut d'être une Enfant de la Mort, tu seras une enfant morte !!

- Tu veux nous quitter, mais où comptes-tu aller au juste ? Demanda Morwen d'un ton sarcastique, ses yeux sombres lançant des éclairs.

- Oh mais c'est vrai ça, j'ai perdu de vue l'essentiel ! Alors Maude chérie, où veux-tu aller comme ça ? Tu peux bien le dire à tes parents au point où on en est. Renchérit Kathleen d'un ton mielleux et hypocrite. »

La petite fille ne répondit pas et détourna le regard, grave erreur. Morwen lui attrapa le visage et le tourna dans leur direction avec violence.

« Ton insolence a assez duré, réponds ! Ordonna-t-il fermement.

- Ne te fatigue pas, je pense avoir deviné. Tu es proche de l'eniripsa de la maison à ce que l'on m'a rapporté. Que penses-tu donc de ceci ? Questionna la chef de famille, mystérieuse. »

Deux bworks en armure traînèrent derrière eux la pauvre Hadley, enchaînée et blessée, ses vêtements déchirés.

« Mon enfant, j'ai appris que tu souhaitais rejoindre Eniripsa et qu'elle t'y aiderait, mais que pour cela, tu ne devais jamais avoir tué. Entama Kathleen en lançant un regard haineux à la fée inconsciente.

- Hadley non... Mais que lui as-tu fait Kate ?

- Ce qu'elle mérite. J'ai appris beaucoup de choses intéressantes après une petite séance de torture. La pauvre, elle n'a pas tenu longtemps, tu aurais dû te choisir une maîtresse plus résistante mon amour. Mais net'en fais pas, mes bworks lui ont fait ressentir au plus profond d'elle-même ce qu'il en coûte d'être à l'origine d'un adultère, et encore plus lorsque la femme trompée n'est autre qu'une Morslam et leur chef ! Tonna rageusement la jeune femme avec douleur. »

Silence de plomb. Personne n'en cru ses oreilles et Maude encore plus. La seule personne en qui elle avait confiance entretenait ce genre de relation avec son père.

« Il est beau le chef de famille, continua sa mère amèrement. Trahi par celle qu'il aime qui a corrompu sa fille, mais en plus son infidélité est désormais connu de tout son clan. »

Trahison, c'était le mot qui revenait sans cesse dans l'esprit de tous. Chacun guetta désormais la réaction de Morwen. Contre toutes attentes, il ne répondit même pas à sa femme et se dirigea vers sa maîtresse. « La queue entre les jambes, comme le bon chienchien à son maimaitre, tu me dégoûtes. Railla Kathleen ». Il s'agenouilla face à Hadley et la gifla. Hoquet de surprise général. Il martela de coups la pauvre eniripsa sans défense et l'attrapa par le cou puis la souleva : « Ainsi c'est de cette manière que tu me remercies ? Moi qui t'ai sorti de cette maison contre un travail plus honorable ? En me trahissant pour faire de ma fille une mouche comme toi ? Tu n'as plus ta place chez moi ! À jamais ! Lui cracha-t-il »

Morwen acheva celle pour qui il avait franchi le cap de l'interdit. Son âme put enfin rejoindre la Fée des Miracles, loin de son bourreau. Maude qui n'avait rien perdu de la mort de celle qui avait été sa seule vraie famille.Elle ne savait pas si Hadley avait eu une réelle affection pour elle ou si elle n'avait cherché qu'à l'éloigner car elle était la fille unique de son amant, mais une chose était certaine, pour Maude,Hadley avait été un soutien vital. Elle hurla de désespoir et de rage puis se précipita près du corps de la défunte. Elle prit son visage entre ses mains. Rien. Plus un souffle de vie. La sramette se recroquevilla, les yeux ruisselant de larmes. « Ne m'abandonne pas... Tu avais promis que tu m'emmènerais avec toi... Ne me quitte pas... »

Son père derrière elle lui donna des dizaines de coups de pieds pour la faire réagir. Du sang coula sur le front de la petite fille. Excès de violence qui déclencha la bombe. Maude fut comme possédée par la haine et la douleur qu'elle accumulait depuis sa naissance. Ses yeux devinrent entièrement noirs et sans que personne ne s'y attende, le corps sans vie de Morwen se retrouva deux mètres plus loin. Une véritable hécatombe commença alors. Maude n'était plus qu'une ombre derrière l'être avide de vengeance et tous les Morslam subirent son courroux.Lorsqu'elle arriva face à Kathleen, la jeune femme ressentie pour la première fois la peur de mourir. Peu de temps car Maude l'envoya rejoindre le reste du clan.

Lorsque la petite sramette repris le contrôle d'elle-même, elle avait commis l'irréparable. Elle avait tué l'intégralité de sa famille. Elle baignait dans le sanget son âme était désormais très souillée. Une petite marque apparut à sa cheville droite: elle était devenue une Enfant de la Mort, une minute avant ses dix ans.

J'ai demandé quelques dessins à Poa, j'ignore si elle s'en souvient mais si c'est le cas, je créerais un topic spécial dans les dessins qui sera lié à celui-ci, un peu comme une galerie. :p

Cher lecteur,on se reverra peut-être au delà du chemin de la Mort, si elle ne nous a pas séparé...

_________________
Quand les mots me manquent j'écris.
Quand je n'ai pas de stylo, je mime.
Quand je n'arrive pas à me faire comprendre, je craque.
Quand je craque, je pleure, je ris, je chante ou je danse.
Souvent les actions les plus banales cachent un message de détresse...
avatar
Tolféa
La Grande Reine des Fées
La Grande Reine des Fées

Messages : 448
Date d'inscription : 07/07/2013
Age : 18
Localisation : Où je vais? Je me rends à l'évidence

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum